Lost Password?

A password will be emailed to you. You will be able to change your password and other profile details once you have logged in.

Entreprise connectée : quand l’IoT dynamise l’expérience collaborateur !

handshake-connect

Avis d'expert par Manon TANNIERES, Consultante mc2i Groupe

Les objets connectés se sont implantés dans notre sphère privée, et séduisent les consommateurs notamment dans le domaine de la domotique ou encore de la santé et du bien-être. On estime qu'ils seront entre 50 et 80 milliards à l'horizon 2020 ... Or, après la sphère privée, ces derniers s’infiltrent progressivement dans le secteur professionnel.

Les applications de l'IoT s’amplifient dans le milieu industriel, et plus particulièrement dans la maintenance prédictive, l’optimisation d’assets ou encore le diagnostic intelligent. L’internet des objets remplit deux rôles principaux : à la fois celui d’outil au service des utilisateurs mais, aussi, de collecteur de données.

Il est donc logique que leurs champs d’application dépassent les simples besoins « métier » et s’élargissent à d’autres fonctions comme aux Ressources Humaines.
Force est de constater qu’ils intéressent et se développent principalement sur des sujets tels que le recrutement, la prévention des risques et la mesure de la pénibilité.

Quand l’entreprise se connecte 
L’espace de travail connecté est un atout, entre autres, à la prévention des risques psychosociaux. Imaginez votre bureau équipé d’une chaise connectée capable de réajuster votre posture (comme la chaise « Axia Smart Chair »), d’un écran qui s’adapte automatiquement à la luminosité ou un badge qui vous géolocalise à vos entrées et sorties des locaux afin de pointer à votre place.

En ce qui concerne la mesure de la pénibilité, les entreprises s’équipent déjà de boitiers qui cartographient et alertent en temps réels des nuisances tels que les gaz toxiques, la température, le niveau sonore, les particules allergènes (comme la Rubix Pod), de capteurs (Tissu connecté Citizen Sciences) qui mesurent les charges portées par les collaborateurs ou encore d’exosquelettes qui soulagent les déplacements de charges lourdes.

L’idée, vous l’aurez compris, est de mettre la technologie au service de l’humain, de prévenir les risques professionnels mais aussi d’optimiser les gestes, les processus et les espaces de travail pour les rendre plus fonctionnels et ergonomiques. Si ces dispositifs ne sont pas tous récents, c’est la technologie qui diffère (de la puce à l’IoT) et permet la transmission et l’analyse instantanée des données. Mais l’internet des Objets permet d’aller plus loin encore...

L’internet des Objets au service du bien-être des collaborateurs 
La santé des salariés reste un enjeu majeur pour les entreprises puisqu’elle est garante d’une part d’une meilleure productivité et d’une diminution de l’absentéisme et qu’elle contribue, d’autre part, à l’amélioration de la marque employeur. Ainsi, ces dernières proposeront de plus en plus une expérience collaborateur axée sur le maintien du capital santé/bien-être via l’utilisation notamment de bracelets connectés mesurant les constantes vitales, le niveau d’activité ou encore le stress. D’ailleurs, le développeur Oracle offre déjà la possibilité via « Work Life Solution Cloud », d’analyser les données issues de ces différents items et permet au collaborateur de visualiser son « Tableau de bord Bien-être » où celui-ci peut même challenger ses collègues lors de compétitions.

Les domaines du recrutement ou de la formation ne sont pas en reste. En effet, la réalité virtuelle et la réalité augmentée, permettent déjà de faciliter l’onboarding, la mise en situation d’un candidat à des paramètres difficilement reproductibles en conditions réelles et l’intégration d’une nouvelle recrue. Le logiciel connecté « Liverpool » propose aux nouveaux entrants de passer des commandes de fournitures et de découvrir les locaux ou son équipe. Plus encore, grâce au module prédictif, l’objet est capable de prédire de potentielles affinités amicales parmi les collaborateurs de l’entreprise.

Le champ des possibles est presque infini. Cependant, toutes ces applications reposent sur l’analyse des données « personnelles » des individus, et c’est ici que le bât blesse. Car si dans la vie privée, la collecte de telles informations ne semble pas déranger les utilisateurs, dans le milieu professionnel, la réalité est toute autre.

L’encadrement de l’IoT appliqué à l’entreprise
La collecte et l’utilisation des données recueillies par les objets connectés posent difficulté aux collaborateurs. Au-delà des risques liés à d’éventuelles failles de sécurité, les entreprises doivent être attentives quant au traitement, à l’accès et au stockage de telles informations. En France, la loi « Informatique et libertés » encadre et définit les principes à respecter. Cette législation se voit d’ailleurs renforcée par le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) qui est entrée en vigueur le 25 mai dernier. On y retrouve par exemple la portabilité des données, le droit à l’oubli et la mise en place d’un Délégué à la protection des données.

Bien que cette technologie soulève encore des craintes et des questionnements, elle est la véritable pierre angulaire de « l’entreprise connectée » et de la digitalisation de celle-ci. Pour autant, elle nécessite d’optimiser la gestion et le traitement de la Data.

Loin de déshumaniser les Ressources Humaines, les objets connectés peuvent être perçus, comme des outils de communication, d’optimisation ou encore comme facilitateur de la cohabitation entre homme et machine pour peu que l’entreprise relève le défi de conduite du changement qu’ils induisent.


Partager cet article




Sur le même sujet...

Aucun Commentaire