Lost Password?

A password will be emailed to you. You will be able to change your password and other profile details once you have logged in.

Les tablettes à l’école : où en est-on ?

Emilie BlanchardPar Emilie Blanchard, professeur d'Histoire-Géographie et cofondatrice de Lelivrescolaire.fr

« Mieux préparer les élèves à être acteurs du monde de demain » : c’est l’ambition annoncée du Plan Numérique pour l’éducation, lancé en 2015. Le Ministère vient d’annoncer les départements et collèges retenus dans le cadre du dispositif « Collège numérique et ruralité ». Quelques mois après l’appel à projet « Collèges numériques et innovation pédagogique », c’est une nouvelle phase dans la mise en œuvre du grand Plan Numérique pour l’éducation, lancé pour accélérer l’équipement et l’accès aux ressources numériques des collégiens.

Un équipement massif

Le Plan Numérique a mis sur le devant de la scène un objet qui, après avoir conquis de nombreux foyers, a fait une entrée remarquée dans les salles de classe : la tablette. Quel est l’impact des tablettes sur les apprentissages des élèves ? Quels usages en font principalement les élèves et les enseignants ? Quelles sont les premières recommandations issues de la recherche pour que les enseignants s’approprient mieux cet outil ?

Au regard des effets annoncés du numérique sur les apprentissages, l’Etat et les collectivités ont, en France comme dans de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Brésil, Turquie, Danemark, etc.) investi massivement dans des équipements mobiles. Au total, en France, en 2017, ce sont près de 3000 collèges – soit 51 % des collèges publics – et 3525 écoles qui seront progressivement équipés, soit près de 600 000 élèves équipés. 6 départements ont choisi d’équiper la totalité de leurs collèges, et 30 % des collectivités équipent entre 66 % et 100 % leurs collèges. Au total, cela représente plus d’1 milliard d’euros dépensés sur 3 ans dans le cadre du Plan Numérique, avec l’objectif affiché d’une généralisation des enseignements par le numérique au collège pour 2018/2019.

Quels effets des tablettes sur les apprentissages ?

 Quels sont les effets de ces politiques massives d’équipement ? Si le recul nécessaire manque encore pour avoir des résultats fiables d’enquêtes menées à grande échelle, les premières études sur les tablettes à l’école (Karsenti et Fievez, 2013) ont permis d’apporter un éclairage scientifique sur cet outil et ses usages pédagogiques.

Le premier constat est que, si les freins techniques sont encore nombreux dans une partie des établissements (débit insuffisant, absence d’un dispositif efficace de déploiement et de maintenance, etc.), les avantages des tablettes à l’école l’emportent sur ces freins. A côté des aspects pratiques - sa légèreté (tous ses manuels dans une tablette !), sa maniabilité et de l’accès facilité aux ressources multiples que la tablette offre -, les effets sur la motivation des élèves arrivent en bonne place, ainsi que les compétences liées à la collaboration entre les élèves : interactions entre pairs, apprentissages plus actifs, capacité à réutiliser des connaissances ou des compétences dans des contextes différents, etc. Quelle que soit la matière concernée, la tablette permet de créer, de modifier, de travailler ensemble autour d’un même document avec les élèves ou de faire travailler les élèves en pair à pair. La tablette favorise le partage, l’interaction, de nouvelles modalités de travail plus collaboratives. L’élève n’est plus passif face à l’information ; il devient acteur, producteur, créateur de contenus (recherche d’informations, création de supports, etc.).

Support individuel, la tablette facilite enfin la mise en œuvre de la différenciation pédagogique. L’apprentissage adaptatif, encore balbutiant,  permet de nourrir de grands espoirs quant à un meilleur accompagnement des élèves, en répondant au mieux aux besoins de chacun. Or, si la tablette – et plus largement le numérique – ne sont pas des outils nécessaires à la mise en place de l’individualisation des enseignements, ils la facilitent grandement.

Les tablettes, vecteurs de l’innovation pédagogique ?

Le second point saillant des premières études est que la formation et l’accompagnement des enseignants est une condition nécessaire à une bonne appropriation des supports mobiles. Dans toutes les expérimentations menées, la formation des enseignants est un élément-clé de l’appropriation des outils numériques. Certes, les formations progressent, et de nombreux enseignants se forment actuellement d’eux-mêmes via les réseaux sociaux, les MOOC ou en échangeant sur leurs pratiques pédagogiques avec leurs collègues qui expérimentent eux aussi (Enquête PROFETIC, 2016). Mais il ces pratiques ne concernent encore qu’une minorité d’enseignants. Pour que les tablettes s’installent durablement dans le paysage scolaire, et pour que le potentiel pédagogique des tablettes soit pleinement exploité, il faut du temps. Du temps pour se former aux usages pédagogiques des tablettes, grâce à des formations liant le numérique, la pédagogie et l’enseignement disciplinaire, comme le montre l’étude menée par la DEPP sur les Collèges connectés (2015). Du temps pour tester, explorer, observer, échanger avec des collègues, intégrer à leur pratique ce qu’ils ont appris.

Un outil dont les potentialités pédagogiques sont encore peu explorées

Un dernier constat s’impose : si l’équipement en tablettes est massif, les usages pédagogiques des tablettes sont pour l’instant limités. Si l’on suit le modèle SAMR développé par Ruben Puentedura pour estimer l’impact des technologies numériques dans l’enseignement, on observe que dans la majorité des cas, les enseignants sont dans une utilisation personnelle ou professionnelle de l’outil, mais sans changement dans leur pédagogie (phases dites de substitution ou d’augmentation). La phase d’appropriation des tablettes comme des outils pour permettre la modification ou la réalisation de nouvelles tâches, impossibles avant, ne concerne pour l’instant qu’une minorité d’enseignants. Globalement, les enseignants qui utilisent les tablettes privilégient les fonctionnalités traditionnelles de consultation et non de création ou de collaboration.

La vraie question n’est pas celle de l’outil, mais celle de la pédagogie. Comme pour toutes les autres nouvelles technologies, l’introduction des tablettes à l’école réaffirment la place centrale de l’enseignant dans la classe. Sans changement dans les pratiques pédagogiques, la technologie n’a pas d’impact sur les apprentissages. La tablette en soi ne favorise pas la réussite des élèves ; ce sont les usages pédagogiques qui en sont faits qui font la différence.


Partager cet article




Sur le même sujet...

Aucun Commentaire